Comment valider un module ?

15

Créée en 2002, la VAE (Validation of Acquis Experience) est entrée progressivement dans les mœurs. Mais s’il est en effet très utile dans certains cas, il ne sert pas toujours de tremplin pour le développement professionnel. Vous vous demandez quel est exactement l’utilisation de l’EAV ? Dans quelles circonstances devrait-elle être utilisée ou, au contraire, donner la préférence à la formation professionnelle ? Même s’il est possible de combiner ces deux dispositifs pour accélérer votre carrière ? Nous répondons à toutes vos questions !

VAE : définition

Établie par la loi de modernisation sociale, la VAE permet à quiconque d’obtenir un diplôme, certificat ou autre titre inscrit au RNCP (National Directory of Professional Compétences) en validant ses compétences acquises grâce à son expérience professionnelle ou à des missions de bénévolat.

A voir aussi : C'est quoi la dysgraphie ?

Ce dispositif s’adresse donc principalement aux professionnels autodidactes ou qui ont appris leur profession « sur le lieu de travail », qui n’ont pas de diplôme conformément à les fonctions qu’ils accomplissent . Il est accessible à tous les Français, quels que soient leur âge et leur statut professionnel : salarié, indépendant, entrepreneur, chercheur d’emploi… La seule condition réelle pour accéder à la VAE est de pouvoir prouver une expérience professionnelle ou bénévole d’au moins 1 an, par rapport au diplôme souhaité. Ce dernier peut être à la fois un BTS (Bac 2), un Baccalauréat (Bac 3) ou un Master (Bac 5) : tous les niveaux d’études sont représentés.

Il convient également de noter que :

A lire aussi : Quels sont les métiers dans une crèche ?

  • la loi parle durée cumulée et non de durée continue. Vous pouvez donc faire appel à EV même si votre expérience est divisée dans le temps ;
  • légalement, un diplôme délivré par VAE a la même valeur que si vous l’aviez obtenu grâce à une formation régulière .

Comment va la VAE ?

Contrairement à une idée commune, la VAE n’est pas seulement une formalité. Au contraire, cela nécessite beaucoup de réflexion et d’efforts : sur moyenne, il faut entre 6 et 12 mois de préparation pour obtenir enfin le titre précieux, certificat ou diplôme convoité.

Vous devez d’abord trouver la certification qui correspond le mieux à votre expérience . Pour ce faire, vous pouvez utiliser directement le moteur de recherche RNCP, mais il faut reconnaître que cette étape est plutôt difficile : il peut être intéressant de contacter un centre de consultation pour valider l’expérience de votre région pour trouver plus facilement le bon diplôme. Le conseiller vous aidera à identifier la certification la plus appropriée et vous donnera toutes les informations utiles sur la conduite de la VAE, les solutions de financement, etc.

Puis reste à :

  • envoyer votre demande d’EAV à l’organisme qui délivre la certification pertinente. Pour ce faire, vous devez remplir un dossier d’admissibilité, y compris divers documents justificatifs (p. ex., feuillets de salaire, contrat associatif volontaire) ;
  • Complétez votre fichier de validation en analysant et en décrivant vos compétences
  • passer devant un jury composé de formateurs et de professionnels dans votre domaine d’activité.

Après avoir statué sur votre cas, le jury peut décider :

  • valider pleinement vos compétences, qui vous permet d’obtenir votre diplôme ;
  • valider seulement une partie de vos compétences . Vous pouvez ensuite essayer de valider ceux qui vous manquent plus tard pour obtenir votre diplôme : il n’y a pas de limite de temps ;
  • refuser de valider pleinement les compétences .

Ne confondez pas la VAE, la VAP et la formation professionnelle continue

Tant que vous avez assez d’expérience et toutes les compétences nécessaires, la VAE vous permet d’obtenir le diplôme désiré sans suivre de formation : l’objectif n’est pas d’apprendre quelque chose de nouveau mais de reconnaître officiellement les compétences déjà acquises par vos missions de travail ou de bénévolat . Cela étant dit, si le jury ne valide qu’une partie des compétences, il peut être nécessaire de suivre une formation pour valider les modules restants…

D’un autre côté, la formation professionnelle offerte dans le cadre de la formation continue, comme le MBA exécutif par exemple, vise à accroître les compétences  : ils peuvent vous permettre de posséder les techniques de gestion à l’ère numérique ou de maîtriser les dernières techniques de marketing web. À leur fin, vous obtenez un diplôme ou une autre certification validant officiellement vos réalisations. Ils sont généralement suivis pour :

  • accélérer sa carrière ;
  • Recoiquage réussi ;
  • préparez-vous à mettre en place et à gérer votre propre entreprise
  • ou simplement mettre à jour et optimiser vos connaissances pour des cours de courte durée.

Executive MBA et autres formations sont donc très pratiques pour évoluer sur un niveau professionnel ou rester en emploi mais vous devez remplir toutes les conditions d’admission : un diplôme de niveau Bac 3 ou supérieur peut être nécessaire pour intégrer les longs cycles de haut niveau par exemple…

Toutefois, ces les cours restent accessibles aux autodidactes grâce au VAP (Validation of Professional Acquits) : ce dispositif vous permet d’intégrer directement une formation sans avoir le diplôme requis , en validant votre expérience professionnelle, employée ou non, et toutes les compétences acquises en dehors du système traditionnel d’études. En d’autres termes, le VAP vise à démontrer que vous avez le niveau nécessaire pour suivre les cours  : si nécessaire, les conseillers des organismes de formation sont à votre disposition pour vous aider dans vos efforts.

Pourquoi faites-vous un véhicule électrique ?

Si vous êtes passionné par le travail que vous faites actuellement mais que vous envisagez de changer d’entreprise ou de devenir pigiste, il peut être intéressant de faire un VAE  : Le diplôme obtenu vous permettra de prouver votre expertise aux yeux de votre futur employeur ou de vos futurs clients.

Certains candidats à la VAE ont également recours à ce système. dans l’espoir d’être promu à un poste supérieur et/ou à une rémunération plus élevée . Mais s’il est vrai que les diplômes peuvent avoir une incidence sur les salaires, n’oubliez pas que votre employeur n’est pas tenu de vous accorder une augmentation à la suite de votre EV, sauf si vous acceptez expressément ou des dispositions des conventions collectives.

Pour toutes ces raisons, nous devons également ajouter la nécessité d’être officiellement reconnue  : le poids des diplômes est si important en France que certains salariés, entrepreneurs et autres autodidactes ayant acquis la majeure partie de leurs compétences dans le domaine ne se sentent pas légitimes de diriger les membres de leur équipe — moins expérimentés qu’eux mais détenteurs de meilleures certifications — donnent leur avis sur Si vous êtes dans cette situation Comme une situation, faire un véhicule électrique peut être une bonne solution : en soi, cela ne fait pas nécessairement évoluer votre carrière, mais cela peut renforcer votre confiance en vous-même et vous aider à vous sentir plus épanouis travail.

Résumé des principaux services publics de la VAE selon vae.gov

Quels sont les avantages réels de la VAE en termes de développement de carrière ?

Question délicate : VAE étant un dispositif relativement récent, peu d’études y ont déjà été intéressées et celles qui se concentrent sur « après VAE » sont encore plus rares… On peut encore mentionner l’étude publiée en 2016 sur Ripes (International Journal of Pedagogy of Higher Education), réalisée parmi 223 candidats qui ont suivi une procédure VAE « pour des diplômes allant du diplôme universitaire de technologie ou du baccalauréat jusqu’au master 2 ».

En conséquence, L’EAV peut avoir de très bons résultats dans certains cas (24 % des répondants ont connu un changement de statut professionnel et d’augmentation salariale), mais ses effets en termes de perfectionnement professionnel sont loin d’être garantis à 100%  :

  • 22% des répondants ont connu « indirecte changer » à la place comme un retour à l’emploi ou un changement d’employeur, par exemple ;
  • 36% attendaient toujours une évolution professionnelle depuis leur EV . Pour certains d’entre eux, pendant environ dix ans ;
  • 18 % ont indiqué qu’ils n’avaient connu aucun changement de salaire ou de changement professionnel après leur VE . Certains d’entre eux ont ensuite commencé une formation professionnelle pour faire progresser leur carrière tandis que d’autres se disaient pleinement satisfaits de leur situation, leur objectif n’avait jamais été de progresser grâce à la VAE mais plutôt d’aligner leur diplôme sur leur position.

Fait intéressant, l’étude révèle également que la prévention de votre employeur en amont optimise les chances d’avoir un véhicule électrique reconnu au sein de l’entreprise.

Extrait de l’étude publiée dans Ripes. Source : journals.openedition

Il semblerait également que l’EAV puisse avoir des effets contre-productifs dans certains cas (mais cela reste assez rare) :

Source : journals.openedition

En fin de compte, devrions-nous opter pour un EV ou une formation professionnelle continue ?

Il n’y a pas de raison réelle de rivaliser avec ces deux appareils. D’une part, parce qu’ils répondent à des besoins et des objectifs différents. Pour choisir entre EV et formation, vous devez prendre le temps de construire votre projet professionnel et d’identifier les compétences nécessaires pour atteindre votre objectif  : à ce stade, passer une évaluation des compétences peut être utile. Si votre expérience vous a déjà permis d’acquérir tous ceux dont vous avez besoin, EV est un choix logique : il ne sert à rien de « réapprendre » ce que vous savez déjà. Au lieu de cela, intégrez la formation — éventuellement en utilisant VAP — si vous avez besoin de maîtriser de nouvelles compétences pour rediriger votre carrière dans le numérique, par exemple, ou pour apprendre à gérer efficacement une équipe si vous voulez évoluer vers un position de haut niveau.

D’un autre côté, rappelez-vous que ces deux appareils peuvent se compléter au besoin . Dans le cas d’une partie de validation de la VAE, vous pouvez suivre une formation pour valider les modules que vous manquez par exemple. De même, beaucoup de personnes qui ont pris un EAV commencent par la suite s’entraîner soit parce que l’EV seul ne suffit pas à faire progresser leur carrière, soit parce que l’obtention du diplôme leur a donné confiance en eux et le désir d’acquérir des compétences pour grimper dans les rangs hiérarchiques…

En conclusion : vous ne devriez pas voir la VAE et la formation professionnelle comme des « sœurs ennemies », mais plutôt comme des dispositifs complémentaires qui peuvent vous aider à accélérer votre carrière . Notez également que les outils, les techniques et les stratégies ont évolué très rapidement depuis la révolution numérique, notamment dans le domaine de la communication et du marketing : même si vous optez aujourd’hui pour EV, vous devrez probablement suivre des cours courts ou longs, pour mettre à jour vos connaissances et acquérir de nouvelles compétences à l’avenir.