Poésie : les différents types de poèmes

19

La poésie est l’un des genres littéraires dont on entend peu parler, effacée par le développement fulgurant de la prose. Beaucoup plus populaire au cours des siècles passés, la poésie sert diverses causes, dont celle de l’expression d’un ensemble de ressentis. à travers les mots. Vous avez envie d’en savoir plus sur le genre poétique et sur les diverses formes à retenir en poésie française ? On vous donne quelques clés ici.

Origines et évolution de la poésie

La poésie a tout d’abord commencé par être épique. Strophe après strophe, progressivement et au fil de l’Histoire, elle est devenue lyrique, puis dramatique. De nombreuses variétés de poésies ont ensuite découlé de ce genre littéraire. Le genre poétique, qui est véritablement un art, est vaste et riche.

A découvrir également : Le concept des calendriers de l’avent a toujours la cote

On note parmi les évolutions de la poésie, le développement de la poésie lyrique, de la poésie parnassienne, de la poésie des mages, des symbolistes, des poètes voyants, surréalistes ou encore engagés. 

Le poème lyrique

La poésie était déclamée en compagnie d’une lyre au Moyen-Âge. Les thèmes récurrents depuis l’Antiquité comprennent la joie, la tristesse, la rage et la douleur. Le poème lyrique est ainsi né des sentiments les plus humains au monde, les plus primaires et les plus simples. On cite, à travers les âges, Lamartine, Musset, Verlaine, Hugo…

A lire en complément : Comment passer des vacances pas cher en Bretagne ?

Le poème parnassien

Vers la seconde moitié du XIXe siècle, ce genre de poésie est né, illustrée entre autres par Théophile Gautier ou encore José-Maria de Hérédia et ses fameux sonnets du Parnasse. Ce courant vient s’inscrire à contre-courant des romantiques et invoque la beauté de la poésie avant tout.

Le poème du mage

Le verbe est illustré en poésie par les mages, ces poètes qui se font visionnaires, lucides et clairvoyants. Empreints de mystique, ces poèmes font leur apparition à la fin du XIXe siècle et tendent à guider le peuple et le lecteur. Le poète se fait ainsi penseur et humaniste, mais aussi spirituel, à l’instar de Vigny, Lamartine, Hugo.

Le poème symboliste

Le poème symboliste arrive avec Baudelaire et Rimbaud, entre autres. On y retrouve les plus grands : Mallarmé ou encore Verlaine… Ce mouvement littéraire est apparu à la fin du XIXe siècle et a su se faire une place de choix en poésie, posant les bases d’un courant artistique caractéristique. Les idées abstraites et les analogies sont foison, les états d’âme sont exprimés et suggérés avec subtilité.

Le poème surréaliste

La forme du poème surréaliste apparaît au XXe siècle au coeur du courant surréaliste qui comprend la photographie, la peinture, la littérature… Avec André Breton en chef de file, la poésie elle aussi s’y met et autorise des formes d’écriture libre comme l’écriture automatique. L’imaginaire est valorisé et poussé à son extrême, la spontanéité est le courant de conscience sont librement exprimés. On cite Paul Eluard parmi les grands poètes surréalistes de notre temps.

Le poème engagé

La poésie engagée fait son apparition très tôt et voyage à travers les époques, plus ou moins censurée. Ce type de poésie et de poèmes incite et invite le lecteur à prendre parti. De Victor Hugo à Eluard, en passant par Agrippa d’Aubigné, Apollinaire ou encore Pasolini, René Char ou Desnos… En France, cette forme de poésie est particulièrement foisonnante.

Les fonctions de la création poétique

Strophe, rimes, syllabes, pieds, vers… Au-delà de la forme, intéressons-nous au fond et à la fonction. La poésie a pu connaître de nombreuses fonctions à travers les âges et les époques. On y retrouve notamment la capacité à faire naître ou à mettre en avant le fait de célébrer, explorer, inventer

Ainsi, on retrouve des thèmes aussi variés que les épopées des héros, des célébrations de la nature, des dieux, la joie d’aimer et d’être aimé. Plus imagée, la poésie se fait aussi exploration quant il s’agit d’entrer dans le mystique, de placer l’être humain dans sa place humble, ou au contraire, dans le rôle du prophète, du penseur, du visionnaire, de l’enseignant qui interpelle et souhaite faire réagir.

La poésie comme catalyseur d’imaginaire suscite elle aussi des visualisations fortes chez le lecteur, qui se laisse aller au rêve et aux sentiments. L’univers des mots devient alors un terreau riche en connotations, en échos et en rythmique de choix.

Enfin, on retrouve aussi dans la poésie la capacité à mettre en avant l’invention. La poésie se veut alors source de liberté et de libération des carcans. Le respect des règles de métrique n’est plus à l’ordre du jour et la poésie a réellement une fonction inventive, dans la syntaxe et dans la mise en exergue de la prose et du vers libre.

Les formes de poèmes les plus courantes

Les courants de poésie ont été traversés par diverses formes poétiques : le poète avait alors le choix du fond et de la forme de son poème. Une fois identifié le courant de poésie adopté, restait alors la forme à choisir. Nous vous récapitulons les formes de poèmes les plus courantes.

Un poème est formé de vers. Ces vers se divisent en plusieurs types, selon le nombre de vers : le distique (2 vers), le tercet (3 vers), le quatrain (4 vers), le quintil (5 vers), le sizain (6 vers), le septain (7 vers), le huitain (8 vers) et le dizain (10 vers).

Des formes de poésie se basant sur ces formes fixes ont traversé les époques et les pays dès le XVIe siècle.

Les rondeaux

Le rondeau a une caractéristique : il reprend en fin de poème et après 2 ou 3 strophes, le premier hémistiche du premier vers, donnant ainsi au poème un rythme, une cohérence et une certaine musique. On retrouve notamment dans ce genre François Villon, Musset ou encore Clément Marot.

Les ballades

Les ballades poétiques sont des formes très connues de poèmes. La ballade est très balisée en termes de forme poétique : on y retrouve 3 strophes possédant le même nombre de vers que de syllabes par vers. Les derniers vers sont sous forme de refrain. La ballade connaît ses heures de gloire littéraire au XIVe, XVIe puis au XIXe siècle avec un regain d’intérêt (notamment avec Victor Hugo).

Les sonnets

Le sonnet est LA forme poétique harmonieuse par excellence, si l’on en croit les amoureux de la poésie. Le sonnet comporte 2 quatrains et 2 tercets (ou un sizain. Par ailleurs, le schéma de rimes est souvent le même : ABBA / ABBA / CCD / EED ou EDE. Le sonnet comporte ses propres variantes au sein de la contrainte. Celles-ci ont pu être explorées par les poètes au XIXe siècle.

Les vers et la prose poétique

Si la poésie fait souvent penser à une obligation de versification, il n’en est rien. La poésie a pu tout autant s’exprimer et se développer au travers de la prose et des vers libres

C’est ainsi que le travail de poésie est devenu de plus en plus pointu et à la fois libre, tant sur le sens, le rythme et les sonorités que sur les répétitions. On trouve ainsi de la prose hautement poétique, avec des formes étonnantes, comme ce que l’on a pu voir chez Eluard ou Apollinaire.

Analyser ou écrire la poésie aujourd’hui

Une analyse de poésie se fait aujourd’hui en fonction de ces divers critères : fond et forme. Une fois que la poésie parvient à entrer dans l’une des “cases” citées au préalable, l’analyse du sens peut se faire et imprégner le lecteur.

En France, un grand attachement est porté à la poésie et à son évolution, notamment parce que la forme poétique s’est particulièrement développée ces derniers siècles afin de transcender les époques, les courants, s’en emparer et les sublimer en poésie.

L’héritage poétique

La poésie laisse une trace sur son passage : une analyse fine, un ressenti. C’est aussi, comme tout autre forme littéraire, un magnifique baromètre pour parler d’une époque. Aujourd’hui encore, la poésie inspire de nombreuses personnes car elle permet à tout un chacun de mettre des mots sur les maux, tout en faisant fi des codes et en valorisant une esthétique poussée de l’écriture.

Dans une époque où certains ressentis sont bien souvent réprimés, la fonction expressive de la poésie est plus que jamais essentielle. S’il est aujourd’hui très difficile de vivre de sa poésie – reflet d’une époque parfois aride en douceur – il n’en reste pas moins que ce genre littéraire n’est pas prêt de disparaître : tant que le sentiment sera présent, la poésie continuera de se renouveler.

Revenir à la poésie en des temps sociétaux incertains reste pour sûr l’un des moyens d’adoucir les mœurs, au même titre que la musique.

Poésie et temporalité

Par ailleurs, la notion de temps, dans l’écriture et dans la lecture, est exacerbée par la poésie. A travers le monde, la poésie apparaît comme une suspension, un souffle, à l’instar des haikus japonais. 

Aujourd’hui, il reste de nombreuses formes poétiques à créer, pour exprimer un ressenti, un sentiment fugace. Chaque lecteur se l’approprie, sublimant ainsi la poésie avec sa propre lecture et son expérience personnelle.

Quelques grands poètes du monde

Parmi les grands poètes du monde, on cite entre autres : Prévert, Dickinson, Shakespeare, Neruda, Poe, Homère, Ronsard, Du Bellay, Rumi, Aragon… et bien d’autres.