Tout savoir sur la luminothérapie

177

 

Plan de l'article

Troubles émotionnels saisonniers (SAD) : qu’est-ce que c’est ?

Avec le début de l’hiver, beaucoup de gens ressentent des changements physiques et/ou émotionnels. Tu connais le blues de l’hiver ? Tu te sens fatigué ? irritable ? dans une humeur de mauvaise humeur ? Vous pouvez avoir une forme légère de trouble affectif saisonnier (SAD), plus communément appelée dépression saisonnière. Pour la plupart d’entre nous, ces changements d’humeur et d’énergie sont ennuyeux mais faciles à gérer. Rien de tel qu’une promenade dans l’air froid pour revigorer l’esprit, non ? Et comment résister à la chaleur et au confort d’une bonne cheminée ? Mais il y a un deuxième groupe, ceux pour qui ces changements sont plus encombrants : fatigue, stress, irritabilité, manque de vitalité, troubles du sommeil…

A découvrir également : Comment dresser un chien ?

Comme la clarté externe diminue et les jours raccourcissent, la horloge est perturbée et il est appelé dépression hivernale (Important : ce diagnostic ne peut être fait que par un spécialiste).

Dans ce cas, il est souvent recommandé de tester un « traitement » basé sur la luminothérapie. Vous voulez en savoir plus ? Je vous invite à lire cet excellent article sur les avantages de la luminothérapie.

A lire en complément : Comment perdre du poids après 65 ans ?

Lampes de luminothérapie, comment fonctionnent-elles ?

Considérée comme médecine douce, la luminothérapie ou la photothérapie aide à retrouver l’équilibre entre l’éveil et le sommeil. Le principe est simple : compenser le manque de lumière avec une lampe artificielle à large spectre projetant des rayons lumineux qui imitent ceux du soleil. La mélatonine, ou l’hormone qui déclenche le sommeil, sera bloquée tandis que la sérotonine, l’hormone qui combat le stress, augmentera.

Quels sont les avantages d’une lampe de luminothérapie ?

Amélioration de l’humeur

Les lampes solaires peuvent être une méthode non invasive, non chimique pour traiter diverses humeur , y compris le trouble affectif saisonnier (aussi connu sous le nom de dépression saisonnière), la dépression post-partum et le trouble prémenstruel dysphorique prémenstruel.

L’ exposition à la lumière empêche votre corps de libérer de la mélatonine, ce qui pourrait améliorer votre humeur et vous donner plus d’énergie.

La photothérapie ne guérit pas toujours la dépression mentale, mais elle peut améliorer suffisamment vos symptômes pour que vous puissiez fonctionner plus efficacement dans votre vie quotidienne.

Amélioration de l’état de la peau

Si vous avez une affection cutanée telle que le psoriasis ou l’eczéma, la luminothérapie peut améliorer considérablement votre santé.

La luminothérapie s’est avérée être un traitement efficace contre le psoriasis, une maladie auto-immune dans laquelle vos cellules cutanées se dissolvent trop rapidement, vous laissant des lésions épaisses et écailleuses à la surface de votre peau.

La photothérapie peut également être recommandée pour certains types d’eczéma, inflammation de la peau qui peut être causée par des allergies, contact avec des irritants ou inconnu facteurs.

Les personnes atteintes de psoriasis bénéficient d’une combinaison de médicaments et d’exposition aux UV, car la lumière ralentit la production de cellules de la peau.

Réduction du risque de lésions neurologiques

Certains types de lésions neurologiques peuvent être ralentis ou évités par l’utilisation de lampes solaires artificielles.

Certaines personnes atteintes de la maladie de Parkinson peuvent bénéficier de la photothérapie.

Des chercheurs de la faculté de médecine de l’Université du Texas rapportent que les bébés nés prématurément peuvent tirer le meilleur parti de la luminothérapie, car la lumière aide à réduire les taux élevés de bilirubine, ce qui n’est pas rare chez les prématurés.

Des niveaux très élevés de bilirubine peuvent entraîner des lésions cérébrales. L’étude universitaire a également montré que les déficiences neurologiques dans les micropréemies ont chuté à 14 pour cent lorsque les lampes solaires ont été introduites le premier jour de la vie des bébés.

Quand et comment utiliser une lampe de luminothérapie ?

Contre-indications Le traitement avec ce type d’appareil peut commencer en septembre ou octobre et durer jusqu’au printemps. Il est conseillé de vous exposer pendant environ 30 minutes, plutôt le matin, à une distance de 40 à 50 cm de soi-même et de mettre l’appareil au niveau des yeux. Il est inutile de le réparer, il suffit de l’avoir dans son champ de vision et de poursuivre ses activités. Les résultats peuvent être ressentis dès la première semaine de traitement, mais généralement il faut au moins 4 semaines d’utilisation quotidienne pour sentir clairement les bienfaits.

Il est préférable d’éviter la luminothérapie pour les personnes dans les cas suivants :

  • personnes atteintes de certaines maladies oculaires ou affectant la rétine comme diabète
  • personnes hypersensibles à la lumière ou utilisant des photomédicaments sensibles, y compris le lithium et certaines huiles essentielles
  • Personnes en traitement anti-épileptique

Nos critères de sélection

  • Choisissez une lampe luminothérapie de plus de 10000 lux (unité de mesure de l’intensité lumineuse) ou 2500 lux pour les lampes utilisant la technologie LED.
  • Assurez-vous que l’appareil n’émet pas de rayons UV. Dans Europe, la plupart des lampes sont conformes aux normes médicales CE (93/42/CEE)
  • Sélectionnez un modèle qui convient à votre style de vie (debout, portable, ordinateur de bureau)
  • Les ampoules blanches devraient être préférées car les ampoules bleues pourraient être nocives pour les yeux à long terme
  • Considérez les modèles avec diodes électroluminescentes (LED), produits comme efficaces mais plus légers et plus compacts.

Et pourquoi pas un simulateur de l’aube ?

Certaines personnes ne supportent plus le « BIP » de leur réveil et optent pour une lampe qui simule le lever du soleil et favorise un réveil progressif et fluide. En effet, ces simulateurs peuvent aider à réguler le sommeil, mais l’intensité de la lumière émise n’est pas assez forte dans le cas d’un traitement saisonnier de dépression sans oublier que vous devez vous exposer à au moins 30 minutes par jour les yeux ouverts…

Questions/Réponses sur la luminothérapie

Qu’ est-ce que la luminothérapie pour les symptômes hivernaux et comment est-elle administrée ?

La luminothérapie implique exposition à des niveaux de lumière intense dans des conditions contrôlées.

Le système de luminothérapie recommandé consiste en un ensemble d’ampoules fluorescentes installées dans une boîte avec un écran diffusant la lumière et installées sur une table ou un plan de travail où vous pouvez vous asseoir confortablement pour la séance de traitement.

Le traitement consiste simplement à s’asseoir près de la boîte lumineuse, les lumières allumées et les yeux ouverts.

Il n’est pas recommandé de regarder les lumières ; les gens sont plutôt libres de s’engager dans des activités telles que lire et écrire ou manger des repas.

Ce qui est important, c’est d’orienter la tête et le corps vers les lumières, en se concentrant sur les activités sur les surfaces éclairées par la lumière, et non sur les lumières elles-mêmes.

Les séances de traitement peuvent durer de 15 minutes à trois heures, une ou deux fois par jour, selon les besoins individuels et l’équipement utilisé.

La durée moyenne d’une séance pour un système produisant un éclairage de 10 000 lux est, par exemple, beaucoup plus courte que pour 2 500 lux (30 minutes contre deux heures).

Dans les essais cliniques menés dans un institut, avec plus de 100 patients atteints de SAD utilisant un système de 10 000 lux avec diffusion de la lumière UV filtrée et inclinaison angulaire, pendant 30 minutes par jour, environ 3/4 ont montré une amélioration majeure des symptômes dépressifs.

Dans une autre expérience, ils ont constaté que 30 minutes étaient une exposition inutilement longue pour certains patients (qui ont répondu complètement à 15 minutes), tandis que beaucoup ont pris une heure d’exposition pour montrer l’effet.

Les premières études de recherche ont utilisé des ampoules à « spectre complet » produisant une lumière vive avec une composition colorimétrique semblable à celle de la lumière du jour extérieur, contrairement à la couleur de la lumière fluorescente ou incandescente ordinaire.

Cependant, la technologie évolue rapidement et les fabricants offrent maintenant des systèmes efficaces utilisant des lampes blanches froides, triphosphore et bi-axiales.

Ce qui est important, c’est que le niveau de lumière produit correspond à celui de la lumière extérieure peu après le lever du soleil ou avant le coucher du soleil.

Intensité lumineuse est une dimension critique de la thérapie : les systèmes fournissent des quantités variables de lumière, et les gens réagissent différemment aux niveaux de lumière.

Le temps de la luminothérapie est un autre facteur important.

Beaucoup de personnes souffrant de dépression saisonnière réagissent mieux au traitement lorsqu’elles se réveillent. Certains, cependant, font mieux avec la lumière du soir. Il est nécessaire de déterminer l’heure optimale de la journée pour chaque individu.

L’ exposition accrue à la lumière ambiante normale est-elle thérapeutique, sans l’utilisation de dispositifs spéciaux ?

Certaines personnes très sensibles à la lumière, vivant et travaillant dans des environnements sombres, peuvent se sentir mieux avec une exposition accrue à la lumière normale de la pièce.

Cependant, des études montrent que la plupart des personnes atteintes de SAD ont besoin d’être exposées à des niveaux de lumière beaucoup plus élevés que les lampes d’intérieur ordinaires et les plafonniers.

Ces niveaux thérapeutiques sont cinq à vingt fois plus élevés (mesurés en lux) que l’éclairage typique de la maison ou du bureau.

Si la lumière externe les intensités sont essentielles, l’effet thérapeutique peut-il être obtenu en passant plus de temps à l’extérieur en hiver ?

Une fois de plus, certaines personnes signalent une amélioration en passant plus de temps au soleil.

Cependant, pour la plupart d’entre eux, un effet thérapeutique plus fort nécessite une exposition à une lumière artificielle brillante tôt le matin — à une heure (6h30, par exemple), alors qu’il fait encore sombre à l’extérieur pendant les longues nuits d’hiver.

Les lampes de luminothérapie fonctionnent-elles vraiment ?

Les chercheurs de plus de 15 centres médicaux et cliniques aux États-Unis et à l’étranger ont été très efficaces avec la luminothérapie chez les patients ayant des antécédents clairs de SAD depuis au moins plusieurs années.

Une amélioration marquée est généralement observée en moins d’une semaine, sinon plus tôt, et les symptômes se reproduisent habituellement dans la même période lorsque les lumières sont enlevées.

Par conséquent, la plupart des utilisateurs maintiennent un horaire quotidien constant qui commence, si nécessaire, à l’automne ou à l’hiver et se poursuit généralement jusqu’au fin avril, lorsque l’éclairage extérieur est suffisant pour maintenir une bonne humeur et une énergie élevée.

Certaines personnes peuvent sauter le traitement pendant un à trois jours, parfois plus longtemps, sans effet indésirable, mais la plupart commencent à s’effondrer rapidement lorsque le traitement est interrompu.

Comment fonctionnent les lampes de luminothérapie ?

Le niveau thérapeutique d’éclairage a plusieurs effets physiologiques connus, bien que son mécanisme thérapeutique soit encore incertain.

Les taux sanguins de mélatonine, hormone photosensible, qui peuvent être anormalement élevés à certains moments de la journée, sont rapidement réduits par l’exposition à la lumière.

Selon le moment où la lumière est présentée, l’horloge interne du corps — qui contrôle les rythmes quotidiens de la température corporelle, la sécrétion hormonale et les habitudes de sommeil — change de rythme ou est retardée lorsque la lumière le stimule.

Ces retards physiologiques peuvent être à la base de la réponse thérapeutique. La lumière peut également amplifier la différence jour-nuit dans ces rythmes. Recherche sur des mécanismes possibles sont actuellement en cours et la réponse finale n’est pas encore disponible.

Y a-t-il des effets secondaires ?

Les effets secondaires sont minimes. Bien qu’une petite minorité de patients souffrent de maux de tête, de fatigue oculaire ou d’irritation ou de nausées au début du traitement, ces symptômes sont généralement légers et atténuent après quelques jours.

L’ effet secondaire le plus dramatique, qui se produit assez rarement, est la transition vers un état d’hyperactivité, au cours de laquelle on peut avoir des difficultés à dormir, devenir agité ou irritable, et se sentir excité ou « trop éveillé ».

Les personnes qui ont connu de telles conditions à la fin du printemps ou en été sont particulièrement vulnérables, et les conseils d’un clinicien qualifié dans l’utilisation de la luminothérapie sont particulièrement importants.

Si l’irritation oculaire persiste, elle peut être atténuée en s’asseyant plus loin des lumières, en les utilisant pendant de courtes périodes ou en installant un humidificateur.

Certaines personnes signalent des sensations inquiétantes d’éblouissement visuel sous , qui peut être atténuée en utilisant la conception de l’armoire à lumière inclinée décrite ci-dessus.

L’ une des principales sources d’éblouissement visuel est la lumière bleue à courte longueur d’onde, qui est un composant de la lumière blanche utilisée en thérapie ; cette lumière bleue peut être dissipée au moyen de verres spéciaux récemment développés qui maximisent la transmission de longueurs d’onde plus longues sans affecter sensiblement les niveaux de lux.

Et si je suis enceinte ?

Bien qu’aucun danger ne soit suspecté et que certaines patientes enceintes aient utilisé le traitement avec succès, la luminothérapie n’a pas encore été systématiquement évaluée pendant la grossesse.

Toutefois, trois essais cliniques pertinents (au Connecticut, à New York et en Ohio) sont en cours, couvrant une variété d’interventions pour la dépression antépartum (dépression pendant la grossesse), que la dépression se produise ou non en hiver.

Les lampes de luminothérapie Can bronzer ?

Ils ne devraient pas. La plupart des systèmes de luminothérapie protègent (ou réduire considérablement) la lumière ultraviolette qui provoque le bronzage. Ils seront marqués « lumière sans UV ».

Parfois, une personne ayant une peau très sensible a des rougeurs sous des lumières à spectre complet, ce qui nécessite un blocage UV complet, avec des filtres, des ampoules alternatives ou une lotion solaire.

Cependant, cela ne devrait pas affecter l’efficacité, car l’œil adulte ne transmet pas la lumière UV à la rétine.

Quand les lumières sont-elles contre-indiquées ?

Les études de recherche excluent les patients présentant une pathologie oculaire ou rétinienne (p. ex. glaucome, cataracte, décollement de la rétine, rétinopathie) et ceux qui peuvent être à risque (p. ex. prédisposants du diabète).

Aucun effet indésirable de la luminothérapie n’a été observé lors des examens ophtalmologiques des patients atteints de SAD, mais comme il s’agit d’une nouvelle technologie, la prudence est justifiée.

Comment ce traitement s’est-il développé ? Depuis combien de temps est-il utilisé ?

La première démonstration de l’effet clinique a eu lieu à l’Institut national de Mental Santé au début des années 1980.

Peu de temps après, plusieurs centres de recherche ont lancé des essais cliniques et plus de 2 000 patients atteints de SAD ont été étudiés à ce jour.

La méthode a également été utilisée dans la pratique privée, principalement par les psychiatres, mais aussi par les médecins de famille et les psychologues.

Le nombre de cliniciens fournissant la luminothérapie augmente considérablement année après année, bien que comparé aux traitements médicamenteux ou psychothérapie, la méthode n’est pas encore répandue.

Les lampes de luminothérapie sont-elles médicalement approuvées ? Une ordonnance est-elle requise ? L’assurance rembourse-t-elle son achat ?

Dans le sens où votre médecin offre et supervise le traitement, la méthode est approuvée.

Vous n’avez pas besoin d’une prescription pour les lumières, mais toute personne souffrant de dépression saisonnière sévère devrait certainement demander une ordonnance auprès du médecin avant d’en acheter une, et l’utiliser sous la supervision du médecin.

Remboursement des lampes luminothérapie par votre l’assurance n’est pas uniforme. Certaines personnes ont présenté avec succès des demandes fondées sur l’affirmation de leur médecin selon laquelle les lumières sont médicalement appropriées et efficaces pour la personne.

Si votre police d’assurance couvre les soins psychiatriques ou psychothérapeutiques, il est très probable qu’elle remboursera les coûts des séances cliniques liées au diagnostic CAS, à l’évaluation des traitements légers et au suivi.

Combien coûte une lampe de luminothérapie ?

Cette technologie est jeune, et plusieurs fabricants publient de nouveaux modèles chaque année. Les prix varient entre 100 et 300 euros. Toutefois, les progrès réalisés dans la conception pourraient réduire ce prix à l’avenir.

Pouvez-vous construire vous-même une lampe de luminothérapie ?

Nous ne recommandons pas la construction à domicile de ce type d’appareil.

La performance doit être spécifiquement calibrée pour l’effet thérapeutique approprié, sinon risque d’électrocution ou de surchauffe !

Chaque appareil sur le marché est évalué sur la sortie intensité, confort visuel, transmission maximale avec une accumulation minimale de chaleur et, surtout, efficacité clinique dans des essais documentés.

Ces facteurs doivent être soigneusement vérifiés avant d’acheter un système d’éclairage.

Quels autres traitements sont disponibles pour le CAS ?

Récemment, avec l’aide d’un dispositif électronique spécial, il a été montré que la thérapie ionique négative aide à soulager les symptômes associés à la TAS.

Un ion négatif est une molécule qui contient un électron supplémentaire. Ces particules chargées négativement sont créées naturellement par le soleil, le vent et l’eau en mouvement.

De telles molécules, à des concentrations suffisamment élevées, sont capables de rendre l’air plus propre et plus frais. Il a été démontré qu’il réduit l’irritabilité et la dépression chez les personnes atteintes de SAD, tout en améliorant leurs niveaux d’énergie.

La simulation de l’aube est un autre type de luminothérapie actuellement à l’étude.

Dans ce traitement, l’exposition à la lumière est reçue au cours de la dernière période de sommeil.

Une lampe est allumée par une minuterie informatisée, qui simule une véritable aube de printemps extérieure.

Cette lumière, beaucoup moins intense que celle fournie par les lampes de luminothérapie, affecte l’horloge biologique du corps, supprime la sécrétion de mélatonine et exerce un effet antidépresseur.

La thérapie ionique négative et la thérapie de simulation de l’aube peuvent être administrés pendant le sommeil. En raison de cette commodité, ces options de traitement peuvent être préférables à d’autres.

Bien qu’une étude préliminaire comparant l’exposition à la lumière oculaire et à la peau ait révélé que la lumière oculaire a le plus grand effet thérapeutique chez les personnes atteintes de SAD, une étude récente indique que les rythmes circadiens (horloge biologique corporelle) peuvent être affectés par l’exposition à la lumière à l’arrière du genou.

Bien que cette découverte conduise certainement à d’autres recherches, il serait prématuré de tirer des conclusions sur les effets potentiels de l’illumination cutanée sur les symptômes de la CAS.

En outre, les gens doivent noter que l’exposition à la lumière ultraviolette (UV), émise par le soleil et les lampes de bronzage, peut entraîner d’autres problèmes de santé, tels que le cancer de la peau.

Les personnes atteintes de SAD ne devraient certainement pas essayer d’automédication en exposant leur peau à des rayons UV potentiellement dangereux.

En dehors de ces traitements environnementaux, certains patients constatent que les antidépresseurs conventionnels soulagent la douleur même s’ils n’atteignent pas leur niveau normal de bien-être avant le printemps ou l’été.

De nombreux patients ont subi une psychothérapie et l’ont trouvée utile à bien des égards. Malheureusement, cela ne les a pas aidés à soulager leurs symptômes de TAS.

Foire aux questions

💡 Quelle est la meilleure lampe de luminothérapie ?

Nous avons analysé et comparé 21 modèles de lampes luminothérapie pendant près de 67 heures, en tenant compte des opinions de 426 consommateurs. Voici les meilleurs modèles du moment : Beurer TL80, Beurer TL70, Philips HF3419/01 EnergyUp, Beurer TL100, Beurer TL40, Beurer TL90 et Duronic SADV1. Plus de détails dans notre comparaison détaillée.

💡 Comment choisir une lampe de luminothérapie ?

Pour choisir correctement votre lampe, suivez ces recommandations :

1. Choisissez une lampe luminothérapie de plus de 10000 lux (unité de mesure de l’intensité lumineuse) ou 2500 lux pour les lampes utilisant la technologie LED.

2. Assurez-vous que l’appareil n’émet pas de rayons UV. En Europe, la plupart des lampes sont conformes aux normes médicales CE (93/42/CEE).

3. Sélectionnez un modèle adapté à votre style de vie (debout, portable, ordinateur de bureau)

4. Préférez les bulbes blancs que les bleus pourraient être nocifs pour les yeux à long terme

5. Considérez également les modèles de diodes électroluminescentes (LED), des produits aussi efficaces mais plus légers et plus compacts. Plus de détails dans notre guide d’achat détaillé.

💡 Que choisir : lampe ou lunettes de luminothérapie ?

Si rester le matin pendant 30 minutes au même endroit ne pose pas de problème, privilégiez la lampe de luminothérapie. Sinon, les lunettes seront essentielles pour pouvoir passer par vos activités quotidiennes tout en profitant des bienfaits de la lumière. En outre, si vous voyagez régulièrement, choisissez des lunettes plutôt qu’une lampe car c’est toujours plus facile à transporter.

La luminothérapie dans un centre d’examen professionnel

Si vous ne souhaitez pas faire vos séances de luminothérapie chez vous, il est maintenant possible de se rendre en centre médical. Dans ces centres, les professionnels utilisent une lampe d’examen de luminothérapie à LED. Cette dernière permet d’améliorer la vitesse de votre métabolisme, et améliorer votre activité cellulaire. Les effets de ces lampes ont d’ailleurs été prouvés par des examens cliniques. Si vous êtes un centre de soins, il ne faut hésiter à proposer des séances de luminothérapie.

Les effets de la luminothérapie en centre médical

En plus de tous les bienfaits connus sur le stress, la fatigue et la dépression hivernale, en suivant des séances de luminothérapie dans un centre médical vous favoriserez la destruction des mauvaises bactéries. La luminothérapie en centre a une action bénéfique sur l’accroissement des protéines de collagène, pour être plus clair, cela ralentit l’apparition des rides et de l’acné. Pour un traitement entier, il est conseillé de suivre 3 séances d’une demi-heure environ par semaine, sur une durée de 2 à 3 semaines. Cela dépend de l’état de votre peau, et de la vitesse à laquelle la luminothérapie influe sur elle.