Qu’est-ce qui aggrave le psoriasis ?

176

Le psoriasis se caractérise par des plaques rouges qui se répandent quasiment partout sur la peau. C’est une réaction inflammatoire qui atteint près de 2 % des Français (environ 2,4 millions de patients). Le risque d’apparition est plus élevé entre 20 ans et 40 ans. Lorsqu’on est atteint, il faut impérativement prendre certaines mesures, car certains facteurs peuvent aggraver la maladie.

Une forte exposition au soleil

Le soleil permet normalement de lutter contre le psoriasis. C’est le constat fait chez la majorité des personnes affectées. Par contre, chez environ 10 % des patients, on constate une aggravation de la maladie après une exposition au soleil. Notez que tous ceux qui souffrent de psoriasis se doivent de respecter les règles courantes en ce qui concerne l’exposition au soleil. Ils doivent utiliser des protections solaires selon leurs peaux, s’hydrater correctement, éviter de s’exposer lorsqu’il fait trop chaud, etc.

A lire également : Comment faire un bilan logopédique ?

Si un patient suit un traitement où l’on utilise des produits fabriqués avec du goudron, il ne devrait pas s’exposer au soleil. C’est aussi le cas s’il fait l’objet d’une PUVAthérapie. Certains emballages de médicaments portent « le signe de risque de la photosensibilisation ». Il s’agit d’un triangle rouge dans lequel figure un soleil. Sa présence signifie que l’utilisateur ne devrait pas se mettre sous les rayons du soleil.

Une prédisposition génétique

Des études ont relevé qu’au moins 1/3 des personnes souffrantes de psoriasis étaient déjà prédisposés génétiquement. Lorsqu’on identifie un patient, il y a des chances que l’on retrouve un autre patient dans la famille. On estime que plusieurs gènes sont impliqués dans l’apparition et le développement de cette maladie. On peut citer un gène que l’on détecte sur le chromosome 6, le gène PSORS1. Comme vous l’aurez compris, le risque de transmission des géniteurs aux enfants existe.

A lire également : Pourquoi choisir de travailler en Micro-crèche ?

Un mauvais état psychologique et général

Les personnes sujettes au stress, à la dépression émotionnelle et à la fatigue risquent souvent une aggravation du psoriasis. Il suffit d’un seul choc émotionnel pour que la forme sévère de la maladie apparaisse. Certains maux peuvent également amplifier le psoriasis chez le patient. Les infections respiratoires et les angines sont des exemples courants. Une mauvaise alimentation et une consommation abusive de l’alcool peuvent amplifier le psoriasis. Les fumeurs voient également leurs cas s’aggraver s’ils ne contrôlent pas leurs consommations de tabac. On note aussi que les personnes en surpoids développent les formes graves de psoriasis.

Les irritations cutanées

Les irritations de la peau sont également des facteurs qui impactent négativement les patients. Le psoriasis peut atteindre un stade critique si le patient ayant des blessures frotte régulièrement sa peau, et s’il est piqué par un insecte. Outre ces facteurs d’irritation cutanée, on peut lister : les infections, la pollution, le froid sec, etc. Les brûlures, que ce soit d’origine chimique ou d’origine thermique ont des conséquences sur les personnes atteintes de psoriasis.

Les médicaments

Tous les médicaments ne traitent pas le psoriasis, c’est une évidence ! Quelques médocs compliquent même l’état du patient, ça, vous ne le savez peut-être pas. Lorsque quelqu’un souffre de ce mal, il devrait s’en tenir scrupuleusement aux consignes du docteur. Il existe des médicaments qui peuvent aggraver son cas. Les médicaments pour le traitement du paludisme, l’hypertension artérielle, les troubles bipolaires et ceux permettant de lutter contre la sclérose sont proscrits. Les personnes souffrant également d’hépatite C doivent arrêter certains de leurs comprimés.

Sachez qu’outre la prise, l’arrêt de certains médocs peut compliquer l’état du patient. C’est l’exemple des comprimés anti-inflammatoire qu’on n’arrête pas immédiatement après la détection d’un psoriasis.

Un dysfonctionnement du système immunitaire

Le système immunitaire qui permet à l’organisme de se défendre contre les attaques peut également devenir problématique. Dans le cas d’un psoriasis, une forte présence des globules blancs dans la zone des plaques de psoriasis est mauvais signe.

Selon les études, suite à une infection cutanée ou à une blessure, le système immunitaire subit des pressions et connait un dysfonctionnement automatique. L’organisme accélère la production de nouvelles cellules pour régénérer la peau endommagée. Bien que cela semble avantageux, on fait plutôt face à un sérieux problème vu que les cellules mortes ne sont plus éliminées, ce qui devrait être le cas.