Retroplanning : est-ce utile et efficace ?

327

Dans le domaine de l’informatique, une bonne gestion de projet nécessite différentes techniques et méthodologies. Ainsi, on peut retrouver dans cet univers plusieurs termes comme le Scrum, kanban, cycles en V, interactifs, ou encore en cascade, etc.

Et parmi ces nombreuses terminologies, nous avons le rétroplanning. N’étant généralement connu que de nom, cet outil est malheureusement très peu plébiscité, alors qu’il pourrait pourtant sauver bien des projets.

A lire aussi : Pourquoi les sirh ?

Définition

Le rétroplanning est une technique de gestion qui consiste à planifier (planning) un projet, tout en partant de sa fin (rétro). En d’autres mots, cela signifie partir de la date de fin du projet et anticiper toutes les actions qui doivent être effectuées. Et donc, on ne part pas du début, mais plutôt dans le sens contraire. Son utilisation est parfaite dans le cas où vous connaissez la date butoir du budget et que cette dernière ne peut pas bouger.

Ainsi, l’ensemble du projet est défini en fonction de cette date, et les chances de terminer en temps et en heure augmentent. Par exemple, si un logiciel doit obligatoirement être disponible sur les stores en même temps qu’un évènement important tel un festival, dans ce cas aucun retard n’est permis. C’est ainsi qu’intervient le rétroplanning, étant parfaitement adapté à ce genre de situation !

Lire également : Comment mettre en place une piste d’audit fiable ?

Avantages

Le retroplanning offre de nombreux avantages qu’il convient de souligner.

Respect du délai de livraison et une organisation optimisée du projet

C’est l’atout majeur du rétroplanning et la raison principale pour laquelle on a recours à cette technologie. En effet, le délai de livraison est totalement respecté.

De même, grâce au rétroplanning, vous pouvez optimiser l’organisation de votre projet et les moyens déployés afin de le dérouler comme il faut. Concrètement, connaître les actions qui devront être faites et à quel moment les déployer vous donne une certaine longueur d’avance. En effet, cela vous permet de mieux prévoir les ressources financières et humaines nécessaires.

est-ce utile et efficace

Définition de la date de début

Si vous n’avez pas encore défini la date de début de votre projet ou que cette dernière reste floue, le rétroplanning vous permettra d’en fixer une. En effet, dresser une liste de toutes les actions à faire de manière antéchronologique vous aidera à y voir plus clair notamment à propos de la date à laquelle vous devrez commencer le projet pour pouvoir finir à temps. De cette manière, vous pourrez largement optimiser vos besoins.

L’identification de dates de livraisons intermédiaires

Le retroplanning vous permet de prévoir entièrement le déroulé d’un projet en commençant par la fin. Grâce à cela, vous pourrez repérer les dates livrables intermédiaires, pour des démonstrations par exemple. Si vous savez à l’avance que vous devez faire la démo d’une fonctionnalité X, recourir au rétroplanning vous aidera à programmer une date précise pour cette livraison.

La préparation de la logistique en amont

Enfin, le dernier atout du rétroplanning, c’est que grâce à lui, vous pouvez préparer la logistique en amont du projet. Cela peut vous sembler assez trivial, notamment pour des projets informatiques, mais il constitue un avantage de poids à ne surtout pas négliger. Par exemple, savoir que vous avez une réunion avec l’équipe commerciale vous donne la possibilité de réserver en avance une salle de réunion et de bloquer par la même occasion les agendas des participants.

Inconvénients

Le retroplanning présente tout de même quelques limites.

Plus de pression sur la réussite

Comme vous devez vous en douter, planifier en partant d’un deadline crée un certain stress. Par exemple, le fait de savoir que le travail de votre collègue peut prendre du retard si vous ne terminez pas une tâche avant la fin de la semaine peut vous ajouter une pression supplémentaire. C’est la raison pour laquelle l’étape de la planification est extrêmement importante et que l’aspect humain doit être pris en considération.

Très peu de latitude sur l’imprévu

L’autre inconvénient du rétroplanning, c’est le peu de flexibilité qu’il laisse à l’imprévu. En effet, si un collègue tombe malade et prend une semaine de congés, c’est tout le projet qui sera chamboulé… D’où l’importance de ratisser plus large durant la planification.