Pourquoi on obéit ?

17

Pourquoi mon enfant n’obéit-il pas ?

    PlayStop
  • X Pourquoi mon enfant n’accepte-t-il pas de mettre sa veste, de sortir du bain ou refuse de manger ? Peu d’entre nous n’ont pas déjà senti que seuls leurs enfants résistent alors que tous les autres sont coopératifs, et plus d’entre nous perdent patience et se sentent totalement démunis face à ces scènes de la vie quotidienne.

    A lire aussi : C'est quoi 4 mois révolus ?

    Voir la réalité en face…

    En fait, la vérité est que les enfants qui répondent immédiatement et systématiquement aux exigences de leurs parents n’existent pas !

    D’ une part, nous devons constamment adapter notre discours en fonction de l’âge de notre progéniture. L’enfant, très souvent, ne comprend pas notre demande, et encore moins l’intérêt de celui-ci.

    A lire aussi : Quel est le genre littéraire de la boîte à merveille ?

    Neuroscience montre que les jeunes enfants ne saisissent pas la subtilité de la négation : donc, quand nous disons « ne monte pas sur le canapé », il comprend « monte canapé ».

    Les enfants qui répondent immédiatement et systématiquement aux exigences de leurs parents n’existent pas ! De même, plutôt que « Ne pas taper », préférez « vous pouvez faire des caresses » ou « taper sur le coussin ». Essayez de supprimer la négation de votre vocabulaire et déjà vous verrez des différences profondes !

    Pendant la phase d’opposition commence environ 18 mois, notre enfant veut seulement s’affirmer. Ce n’est pas à lui de vous gâter la journée, il essaie juste d’exister à part entière. En ce moment, aidez-le !

    Il est vrai que nous avons une habitude malheureuse de donner des injonctions sans nécessairement nous rendre compte de la violence de nos remarques.

    Mettez votre chambre à l’écart !

    Viens manger !

    Arrête de crier !

    Fais tes devoirs !

    Débarrassez-vous de la table !

    N’ écrivez pas sur les murs !

    … Que pensez-vous que votre enfant ressent de cette succession d’ordres ? Et si vous lui posiez des questions ? Cela pourrait donner ceci :

    Combien de temps finiras-tu ton jeu parce qu’on sera à la table ? Je vous laisse 5 minutes, est-ce suffisant ?

    Quand tu cries ça me fait mal aux oreilles, peux-tu parler moins fort ou t’isoler dans ta chambre pour faire du bruit ?

    Voulez-vous jouer avant de faire vos devoirs ou après ?

    Vous préférez porter votre chemise bleue ou tee-shirt vert ?

    Vous prenez votre douche avant ou après vous brosser les dents ?

    Reconnaître qu’il est encore mieux que :

    Habille-toi ! Venez faire vos devoirs ! Nous mangeons, venez tout de suite ! Fais ta douche ! Mettez votre chambre à l’écart ! Sans parler du « Stand Debout ! Arrête de rire ! Dépêche-toi ! N’écrivez pas sur la table ! Va te coucher !

    En faisant cela, nous courons le risque d’un refus, c’est indéniable. Après tout, notre enfant peut très bien nous dire « non ». Certes, mais il ne sera plus du tout dans un équilibre de pouvoir. Dans ce cas, découvrez pourquoi il dit « non ». Plus vous écoutez ses besoins, plus il sera entendu et sécurisé et plus il voudra satisfaire vos demandes. Essayez-le !

    Que se passe-t-il dans la tête de nos petits ?

    Contrairement à ce qui est communément entendu, nos enfants ne font pas de « caprices » et n’ont rien naturellement signifiant, ils cherchent simplement à répondre aux besoins naturels (découverte, jeu, curiosité, attention de ses parents, sommeil, opposition, écoute, décharge…)

    Pourquoi mon enfant s’est-il bien tenue toute la journée en classe ou en garderie et se comporte-t-il soudainement comme un petit monstre dès que je le récupère ?

    Admettez qu’il peut se mécontenter !

    En fait, tous les parents rencontrent cette crise de fin de journée, mais ne savent pas nécessairement que c’est courant et tout à fait normal. La psychologue Isabelle Filliozat appelle ce phénomène le « syndrome de biscuit cassé ».

    Il est seulement en vous qu’il a pleine confiance et c’est aussi pourquoi il va évacuer son débordement d’émotions dans votre présence.Vous pensez à plaire à votre enfant en lui offrant un nouveau gâteau comme un goût… Maintenant, celui-ci casse et c’est le drame ! Il pourrait au moins être heureux et reconnaissant d’autant plus que certains n’ont pas cette chance ! Sauf que votre enfant n’a pas un cerveau assez mature pour raisonner comme ça. En fait, il a passé une dure journée en compagnie de gens moins familiers que vous. C’est seulement en vous qu’il a toute confiance et c’est aussi pourquoi il va évacuer son débordement d’émotions en votre présence et cela dès le premier événement déclencheur ! Réjouissez-vous, faire cela votre enfant vous prouve que vous êtes la personne la plus importante pour lui. Donc ce n’est pas parce que tu te trompes, comme l’indique tante Marguerite ! Essayez l’empathie et la reformulation. Lors de la crise du soir (voir article : Comment gérer les crises), montrez que vous entendez sa colère et demandez-lui si sa journée a été difficile ? Identiquement, refuser d’aller au lit peut cacher un autre problème difficile à exprimer et à identifier pour votre enfant ? Une appréhension pour aller à l’école, un besoin de lumière pour s’endormir, une préoccupation au sujet de l’atmosphère de la maison… ?

    Dans ces cas, nous avons souvent le réflexe de proposer un compromis :

    « C’est bon pour un match de football, mais après avoir rangé votre chambre ». Imaginez dire à votre mari : comme tu m’emmèneras à dîner vendredi soir » et il a répondu : « D’accord, je t’emmènerai si tu finis de repasser et que tu te comportes bien mercredi soir pendant que je regarde mon match de football. » Tu as souri, mais comment réagieriez-vous à ça ? Ce n’est pas parce que votre enfant est un enfant qu’il ne ressent pas les mêmes frustrations, douleurs et confusions que vous. Mettez-vous à sa place, soyez empathie, écoutez-le, reconnaissez sa frustration sans y répondre, et vous verrez que vos enfants seront plus enclins à la coopération.

    Vous avez aimé cet article, vous allez adorer mon cadeau et toutes les ressources que j’ai pour vous… Laissez-moi votre adresse e-mail et recevez tout sur votre email

    En soumettant ce formulaire, j’accepte que mes informations ne soient utilisées que dans le cadre de ma demande et de la relation d’affaires éthique et personnalisée qui peut en résulter.Pour connaître et exercer mes droits, notamment pour annuler mon consentement, je consulter la politique de confidentialité en cliquant ici. Parce que, réfléchissons quelques instants à la notion d’obéissance. Êtes-vous sûr de vouloir que vos enfants vous obéissent ? Ne pensez-vous pas que ce serait plus juste de dire que vous voulez qu’ils coopèrent ?

    L’ obéissance n’est obtenue que par la soumission. Voulez-vous des enfants soumis Pour vouloir des enfants obéissants, nous obtenons des adultes soumis à des ordres, des supérieurs, des partenaires, des idéologies…

    L’ obéissance ne peut être obtenue qu’en soumettant votre enfant doit avoir le droit de s’opposer, ce qui ne signifie pas le laisser aller au-delà des limites qui doivent être respectées. Non pas parce qu’il vous obéit, mais parce qu’il aura compris les implications de ses actions et les avantages pour lui et pour le monde qui l’entoure. En fait, ce que nous voulons tous, c’est obtenir la coopération, le respect et l’écoute de nos enfants, ou le chantage, les cris, les sanctions, les menaces sont inutiles et même contre-productif, parce qu’ils nous mettent dans un équilibre de pouvoir avec notre enfant.

    Si nous faisons cela, ce n’est certainement pas notre faute, nous faisons tous de notre mieux avec ce qui nous a été transmis, mais la parentalité positive est un concept qui n’existait pas à l’époque de nos parents. Donc c’est la faute de personne. D’autre part, nous avons maintenant la possibilité d’appliquer différents principes d’éducation. Cela ne sera pas fait en claquant les doigts, mais avec détermination, patience et bienveillance, tout devient possible.

    Nous faisons tous de notre mieux et c’est déjà beaucoup. Le simple fait de nous questionner et de vouloir apporter des ressources différentes à nos enfants est déjà énorme. Faites-les et faites-vous confiance.

    • Partager sur Facebook
    • Partager sur Twitter
    • Partager sur Google
    • Partager par courrier
    • Partager cet article

    ALLER PLUS LOIN

    • Comment fixer des limites avec bienveillance

    • Les

      châtiments sont-ils efficaces ?

    • Les enfants sont-ils plus durs qu’avant ?

    • Pouvons-nous faire sans fessée ?

    • Le secret d’avoir des enfants obéissants

    • Comment empêcher mon enfant de devenir un enfant roi ?

    TOUS LES ARTICLES