Contamination aluminium : faut-il s’inquiéter ?

2

En conséquence, ce dernier estime que « les données scientifiques disponibles à ce jour ne permettent pas de remettre en cause la sécurité des vaccins contenant de l’aluminium, au regard de leur balance bénéfices/risques ».  Il s’accumule depuis des décennies sous une forme non originelle dans l’environnement, faisant émerger des problématiques de gestion des sols et des eaux acides (jusqu’à 700 μg d’aluminium par litre d’eau), donc une atteinte de la biodiversité2 et la mort de poissons par exemple, même à faible concentration3. Une méta-analyse conduite par l’équipe du Pr Wang a étudié 8 études épidémiologiques, regroupant 10 567 patients, pour déterminer l’existence ou non d’un lien entre la présence d’aluminium et les risques d’apparition de la maladie d’Alzheimer. Une fois dans le sang, l’aluminium est essentiellement transporté via une protéine, la transferrine pour 90%24, notamment en fonction de la présence de certaines molécules considérées comme des ligands, dont le citrate ou le phosphate pour 10%. En clair, l’aluminium peut être considéré comme une forme de catalyseur de l’action des cellules immunitaires, d’où l’intérêt des laboratoires pharmaceutiques envers ce dernier afin d’optimiser les couts de fabrication. Dans un article publié dans Environmental Science : Processes and Impacts , Christopher Exley, professeur à l’université de Keele (Royaume-Uni), lance un signal d’alarme concernant notre exposition à l’aluminium . Fortement sujet à polémique car soupçonnée de créer un mouvement des métaux lourds dans l’organisme qui pourraient alors se déposer dans de nouveaux tissus, la chélation chimique est très peu pratiquée en France sauf en cas d’intoxication massive, mais il existe des structures spécialisées en Suisse. Les différentes études menées sur le sujet concluent qu’une exposition chronique à l’aluminium à des niveaux suffisants a des effets avérés sur la santé (encéphalopathie, troubles psychomoteurs, etc. Pr& xE9;sent dans de nombreux vaccins inactiv& xE9;s (compos& xE9;s avec des agents pathog& xE8;nes vivants dont la virulence a & xE9;t& xE9; att& xE9;nu& xE9;e, ndlr), l& x2019;adjuvant aluminique permet de stimuler la production d'anticorps. Je lui raconte la raison de ma venue, il me répond aussitôt : « Nous avons systématiquement constaté moins de production de lait et surtout une baisse de fertilité de nos vaches quand elles restaient sur les sols les plus riches en aluminium. Chez l’homme, « les principales voies d’exposition chronique à l’aluminium sont les voies orale (alimentation, eau, médicaments à prise orale), cutanée (cosmétique et antitranspirants) et respiratoire (inhalation de poussières », explique l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses). Bien qu’encore fortement contestée par une grande partie du corps scientifique conventionnel, la MFM a été particulièrement étudiée par l’équipe de recherche du CHU de Créteil sous la direction du Pr Gherardi. "Je vous rappelle qu'on a d& xFB; faire des centaines de millions de vaccinations, et globalement, il n'y a quasiment pas d'effets secondaires, et encore moins d'effets neurotoxiques", a poursuivi le g& xE9;n& xE9;raliste parisien", expliquant que l'aluminium "sert & xE0; stabiliser l'effet du vaccin" et ainsi & xE0; "& xE9;viter les revaccinations". S’en suit alors toute la cascade immunitaire (intervention des cellules dendritiques puis des lymphocytes T formant les cellules mémoires en mesure de réagir beaucoup plus fortement et plus rapidement lors de futures infections). L’objectif est de réaliser une chélation de ces métaux lourds, à savoir une capture par des molécules chimiques soit par intraveineuse (via du DMPS, EDTA ou BAL), soit par voie orale via le DMSA. L’Efsa a fixé la dose maximale hebdomadaire à ne pas dépasser à 1 mg/kg, tout en affirmant que cette limite serait franchie par une part significative de la population : l’exposition des Européens se situerait entre 0,2 à 1,5 mg/kg/semaine.

R& xE9;alis& xE9;e discr& xE8;tement en mars dernier par l& x2019;& xE9;quipe du professeur Gherardi et financ& xE9;e par l& x2019;Agence nationale de s& xE9;curit& xE9; du m& xE9;dicament (ANSM), elle n& x2019;avait entra& xEE;n& xE9; aucune r& xE9;action du minist& xE8;re de la Sant& xE9;.

A découvrir également : Probiotiques : ce qu'il faut savoir

Elle a mis en évidence la présence anormale d’aluminium au niveau des deltoïdes (les muscles ayant subi l’injection de vaccin), mais aussi la migration de ce métal sous forme de nanoparticules dans le cerveau.

Aluminium dans les vaccins : faut-il vraiment s& 39;inquiéter

Son usage en supplémentation a été largement étudié et validé, notamment en cas de maladie d’Alzheimer ou de neuropathies, dans le cadre d’apports entre 1,5 et 3 g/jour en 2 à 3 prises, idéalement en dehors des repas102–104.

A lire aussi : Tout savoir sur la nutrition positive

La toxicité la plus reconnue est le risque d’encéphalopathie39 en cas de dialyse réalisée chez des personnes souffrant d’insuffisance rénale, parfois constatée en cas de concentration élevée en aluminium dans l’eau de ville ou lors de défaillance du système de traitement de l’eau de dialyse. Il peut perturber plus de 200 réactions biologiques, expliquant ainsi son incrimination dans la maladie de Parkinson55, d’Alzheimer29,42,53,56–58 ou de manière générale dans les neuro-inflammations42,59.

Compte tenu de son avidité importante pour les métaux lourds, éviter les produits issus de cultures aériennes en Asie, au profit de celles réalisées par des tuyaux de verre (aucun contact avec l’air libre). Quoiqu& x2019;il en soit, le rapport du conseil scientifique de l& x2019;ANSM pr& xE9;conise "des approfondissements", exhortant "la puissance publique & xE0; prendre ses responsabilit& xE9;s en la mati& xE8;re". Si vous souhaitez avoir recours à une chélation chimique, je vous conseille avant tout de vous rapprocher d’un médecin et de réaliser un dosage de votre niveau de contamination dans les différents métaux lourds, soit dans les urines via une première chélation chimique (par DMPS en intraveineuse, sur conseil médical) ou par voie orale par la prise de DMSA.

Pourquoi s’inquiéter de l’aluminium dans les déodorants et pas dans les vaccins 

L’intestin représente quant à lui une large zone d’exposition pouvant faciliter la pénétration de l’aluminium du fait des variations de pH des différentes zones du système digestif, même si une grande partie est éliminée par les selles23. Pour différencier les problématiques en jeu ici, il faut également savoir que les questions sur la possible nocivité de l’aluminium vaccinal, en particulier concernant la myofasciite à macrophages (entité tissulaire caractérisée par des lésions musculaires), concernent d’abord des pathologies distinctes de la toxicité avérée de l’aluminium à hautes doses. Par rapport à un vaccin sans adjuvant aluminique, le temps de contact entre les cellules présentatrices d’antigènes et les lymphocytes T est deux fois plus rapide en présence d’aluminium66. L’aluminium connait ses heures de gloire d’innovation au siècle dernier : depuis la cafetière octogonale d’Alfonso Bialetti en 1930, en passant par la première cannette en 1956, Spoutnik en 1957, la désormais célèbre capsule Nespresso en 1986 jusqu’à l’allégement de l’Audi 18 de 40% en 1994. Les hypothèses à l’étude, mais qui restent à démontrer, explorent notamment des risques qui pourraient être liés à certains profils génétiques particuliers, et pas des dangers de l’aluminium vaccinal qui porteraient sur l’ensemble de la population. On le retrouve dans les câbles pour le transport de l’énergie, les voitures, les avions, les bateaux, les trains, les vélos, les bâtons de ski, les clubs de golf, les appareils électroménagers, les ustensiles de cuisine, les smartphones, le mobilier, les panneaux, l’eau du robinet, les produits pharmaceutiques, l’alimentation, les cosmétiques, etc. L’EFSA indique quant à elle une exposition moyenne des européens entre 02 et 1,5 mg/kg pc/ semaine, tout en affirmant que la limite de 1 mg serait franchie par une part significative de la population. Ces résultats sont toutefois remis en question par de nombreux scientifiques, à commencer par l’agence du médicament (ANSM) dans son rapport de juin 201774, bien que certaines études confirment les travaux du Pr Gherardi publiés dès 1992 dans la revue The Lancet 72,75–78 .

  • agence nationale securite
  • sels aluminium vaccins
  • qualite eau potable
  • europeenne securite aliments
  • robinet eau bouteille
  • organisation mondiale sante
  • production eau potable
  • nationale securite medicament
  • eau robinet france
  • securite sanitaire alimentation
  • nationale securite sanitaire
  • vaccins contenant aluminium
  • autorite europeenne securite
  • qualite eau robinet
  • aluminium produits cosmetiques
  • aluminium phosphate calcium
  • pluie arroser jardin
  • eau pluie arroser

Raison pour laquelle le recours à des compléments alimentaires riches en silice n’est pas une priorité à mon sens, si ce n’est sous forme de silice colloïdale (le fameux produit G5, connu des plus férus de micronutrition d’entre vous, n’a absolument pas prouvé de supériorité de biodisponibilité au niveau scientifique). La MFM peut se manifester par de nombreux signes non spécifiques, tels que des douleurs musculaires chroniques (myalgies), une fatigue intense (asthénie), une atteinte de la mémoire visuelle et de travail (troubles neuro-cognitifs), au point que 80% des patients atteints doivent renoncer à leur activité professionnelle ou à leur vie sociale. Elle constitue d’ailleurs l’étude la plus représentative compte tenu du nombre d’aliments analysés, de la méthodologie utilisée (pratique de la préparation des repas au plus proche de la réalité) et du gain en sensibilité des méthodes analytiques utilisées. La MFM peut se manifester par de nombreux signes non spécifiques, tels que des douleurs musculaires chroniques (myalgies), une fatigue intense (asthénie), une atteinte de la mémoire visuelle et de travail (troubles neuro-cognitifs), au point que 80% des patients atteints doivent renoncer à leur activité professionnelle ou à leur vie sociale. L’acétyl-L-carnitine est un dérivé acétylé d’un acide aminé, la L-carnitine, reconnu pour optimiser la production énergétique par les mitochondries (pour rappel, il s’agit de nos centrales énergétiques).

A titre d’exemple, l’utilisation de sels d’aluminium dans les déodorants anti-transpirants peut être à l’origine d’une application cutanée jusqu’à 2g d’aluminium par jour et d’une persistance pendant 24h5,6.  Si l’eau ne représente qu’une partie mineure des apports, de nouvelles recommandations visant à prévenir le risque de maladie d’Alzheimer  suggèrent d’éviter l’aluminium dans la cuisine. fr & xE9;voquait d& xE9;j& xE0; cette hypoth& xE8;se : "Des & xE9;tudes (& x2026;) ont investigu& xE9; le lien entre la l& xE9;sion au site d& x2019;injection contenant de l& x2019;aluminium d& xE9;nomm& xE9;e & x2018;myofasciite & xE0; macrophage& x2019; et l& x2019;existence de sympt& xF4;mes de fatigue, douleurs musculaires ou articulaires ou de troubles cognitifs. L’ail des ours contient des composés soufrés (desulfhydryle) pouvant oxyder le mercure, le cadmium et le plomb au niveau extracellulaire, pour les rendre ainsi plus solubles dans les liquides interstitiels et lymphatiques. Il relevait que « les sels d’aluminium sont ajoutés aux antigènes vaccinaux depuis 1920 sans qu’aucun pays ou instance officielle n’ait jamais remis en cause le bien-fondé de cette adjonction ni la sécurité des vaccins contenant cet adjuvant ». C’est un phénomène récent à l’échelle humaine : voilà moins de deux siècles que les Hommes savent exploiter l’aluminium de manière industrielle. La fumée de cigarette, mais aussi de cannabis, voire la cocaïne et l’héroïne sont des sources complémentaires d’inhalation11, au même titre que les résidus de déodorants anti-transpirants. Pour autant, en 2000, la cohorte PAQUID avait mis en évidence une augmentation par 2,3 des risques de survenue de maladie d’Alzheimer pour les personnes résidant dans des régions où la concentration en aluminium est supérieure à 0,1 mg/L96. Une étude réalisée sur des souris, dont les conclusions ont été publiées en 2016, a depuis mis en évidence le développement de tumeurs malignes du sein après une exposition aux sels d’aluminium contenus dans les déodorants antitranspirants. Si la demande en aluminium explose, c’est parce que le métal a trouvé des applications dans de nombreux domaines : bâtiment (huisseries ), transports (avions), agroalimentaire (additifs), emballage (canettes), ustensiles de cuisine (casseroles), médecine (adjuvants de vaccins , alliages dentaires), cosmétique (déodorants, maquillage), traitement des eaux, etc.

Dans un avis publié en 2008, l’EFSA indiquait que l’exposition d’un nourrisson de 3 mois à l’aluminium était de 0,6 mg/kg pc/semaine quand il était nourri avec les préparations à base de lait, de 0,75 mg avec celles à base de soja et de moins de 0,07 mg en cas d’allaitement.

Aluminium dans les vaccins : faut-il vraiment s& 39;inquiéter

L’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) a publié en 2011 un rapport sur l’utilisation de l’aluminium dans les produits cosmétiques, en particulier les antitranspirants et les déodorants. Les monocytes pourraient par ailleurs transporter l’aluminium et passer la barrière hémato-encéphalique, causant ainsi une neuro-inflammation (au même titre que la sclérose en plaques chez d’autres personnes présentant une prédisposition différente). La position du Haut Comité de Santé Publique ne semble toutefois pas l’entendre de cette oreille70, l’ANSM non plus bien qu’elle accorde le fait qu’une prédisposition puisse être à l’origine de lésions locales à la suite d’une injection70. La chélation naturelle n’a malheureusement pas démontré d’effets suffisamment importants pour l’envisager comme une méthode unique en cas d’intoxication importante98 : La chlorella présente une activité chélatrice essentiellement liée à la chlorophylle, donc moins significative une fois dans le sang. Par ailleurs, si la quantité d’aluminium diminue au cours du temps, par exemple au bout d’un an après avoir bu chaque jour de cette eau, il est probable que la silice contribue à réduire la charge aluminique de l’organisme au cours du temps, sans pour autant identifier les tissus concernés. Infiltrat inflammatoire focal formé de grands macrophages mononucléés cohésifs, avec présence de lymphocytes ; les macrophages présentent des inclusions intracellulaires granuleuses (B : flèches).

Selon l’entreprise (j’ai eu l’occasion d’avoir un retour direct à la suite d’une publication d’un article pour Yuka), l’enquête de 60 millions de consommateurs89 représente leur référence car bien évidemment, rien n’est spécifié sur leur site internet. Pour autant, dès 2011, l’ANSM (anciennement Afssaps) recommandait de ne pas utiliser de cosmétiques contenant de l’aluminium sur des peaux abimées et de manière générale de diminuer la teneur dans les produits commercialisés à 0,6% du maximum (certains produits contenaient jusqu’à 20% de sels d’aluminium)19. Ce dernier est toutefois présent sous forme de gibbiste (hydroxyde d’aluminium), qui serait stable et peu soluble, donc peu absorbé par l’épiderme, à l’inverse de l’aluminium présent sous forme de chlorhydrate d’aluminium (à repérer sur les étiquettes . En 1987, le Centre International de Recherche contre le Cancer (CIRC) a classé l’aluminium comme cancérigène certain (groupe 1) vis-à-vis des risques de cancer du poumon et de la vessie chez les travailleurs de l’aluminium.