Comment se passe le placement en famille d’accueil ?

42

J’ ai vécu trois ans dans une famille d’accueil. Depuis que mon assistante familiale a pris sa retraite et que j’ai 17 ans, j’ai déménagé dans une maison. J’étais un peu triste parce que ça fait trois ans que je n’étais pas chez cette assistante. C’était comme si j’étais chez papa, maman. Mais d’un autre côté, je m’attendais à partir.

Pas de nettoyage, pas de sortie de la cheminée

Vivre à la maison est très différent de celui d’une famille d’accueil. C’est particulièrement plus strict : si vous voulez aller chez un ami le week-end, c’est un peu compliqué, parce que vous avez besoin de beaucoup de papiers : la carte d’identité, l’adresse, le numéro de téléphone et une lettre d’accord du parent.

A lire également : Quel concours Peut-on passer sans diplôme ?

Et si on veut sortir, on doit donner le temps de rentrer à la maison. Et si on ne revient pas à l’heure, ils nous appelleront. Si nous ne répondons pas, ils font une déclaration de fugue. Un jour, à la maison, une fille est rentrée à la maison à 22 heures, alors ils ont fait une déclaration de fugueuse. Bien qu’elle ait dit avoir averti un éducateur, ils l’ont toujours déclarée.

Un jour, je n’ai pas été laissé sortir parce que je n’avait pas fait le nettoyage. Mais je devais le faire avant de sortir.

Lire également : Quel métier faire quand on a des problèmes de dos ?

Je ne peux pas avoir mes copines à la maison, ni mon petit ami (même si je n’en ai pas pour le moment…). C’est assez contraignant.

Bientôt gratuit avec un gros contrat jeune

En famille d’accueil, nous sommes plus libres parce que nous rentrons chez nous et sortons comme nous le voulons. À la maison, nous ne pouvons pas le faire, car il y a des règles. En outre, pendant la semaine, lorsque vous avez l’école, le foyer pour enfants est fermé de 9 heures à 17 heures. Si je termine l’école tôt dans l’après-midi, je dois rester dehors.

Et le soir, quand tout le monde rentre à la maison, nous devons manger pour tout le monde.

Pour Bakalaye, la vie dans une maison pour mineurs l’a aidé à se calmer. Même si c’est dur.

Ce n’est que le week-end que nous pouvons sortir plus longtemps si vous demandez la permission. On peut même aller voir la famille.

En conséquence, j’ai récemment postulé pour un jeune contrat majeur. C’est un appartement partagé avec d’autres jeunes mais c’est l’ASE (Aid Sociale à l’Enfance) le finance. Une nouvelle étape, un peu plus de liberté. Je dois avoir une réponse ce mois-ci. J’ai hâte de lui.

M, 17 ans, lycéen, Île-de-France

PhotoFlickrCredit