Comment savoir si une entreprise est en liquidation gratuitement ?

49

Pour un créancier, il est nécessaire de savoir dès que possible si son débiteur fait l’objet d’une liquidation judiciaire ou connaît des difficultés financières. Avant de vous engager avec une société en faillite pour effectuer des travaux, par exemple, il est préférable d’effectuer des audits. De plus, il existe plusieurs façons d’en apprendre davantage sur la santé financière d’une entreprise pour s’assurer qu’elle se prépare à déposer le bilan. Découvrez toutes les solutions pour savoir si une entreprise est en liquidation judiciaire.

Qu’ est-ce qu’une liquidation judiciaire ?

Premièrement, la réorganisation judiciaire permet la poursuite de l’activité de l’entreprise, le maintien de l’emploi et l’apurement des passifs. Il s’agit d’une procédure visant à établir une période d’observation. Elle dure de 12 à 18 mois et est résiliée par un plan de redressement, un plan de dessaisissement ou une liquidation judiciaire.

A lire également : Est-il obligatoire d'avoir un compte en banque ?

La liquidation judiciaire est donc le dernier recours de la cour, qui a ensuite conclu que la le plan de redressement et le plan de cession étaient insuffisants compte tenu de la situation. Cette procédure exige la cessation définitive de l’entreprise et son démantèlement. Un inventaire des actifs de l’entreprise, leur évaluation et la fixation de leurs prix de vente doivent également être effectués.

Les premiers signes de liquidation judiciaire

Il y a des signes qui ne trompent pas sur la santé financière d’une entreprise. Ils annoncent une réparation judiciaire et une liquidation judiciaire. Parmi eux, l’état de résiliation du paiement ou de la faillite de l’entreprise. Cela signifie que l’entreprise ne parvient plus à payer ses dettes à ses créanciers, établissements de crédit, employés, partenaires…

A voir aussi : Pourquoi consulter un comptable ?

Cette situation oblige une entreprise à déposer une déclaration de cessation de paiement auprès du tribunal de commerce. Ce dernier constate la faillite et prend la décision de placer la société en réparation judiciaire. La période d’observation commence et peut aboutir à une liquidation judiciaire dans le pire des cas. cas.

D’ autre part, s’il est possible d’acquérir l’entreprise, elle laisse entrevoir une liquidation judiciaire. Des tiers peuvent reprendre une société dans cette situation.

Les causes de la faillite d’une entreprise

La faillite d’une entreprise peut résulter de plusieurs causes :

  • mauvaise gestion de l’entreprise en raison de décisions douteuses ou de prise de risques injustifiées ;
  • un défaut de paiement des clients. Une entreprise comptant une petite mais grande clientèle sera gravement touchée lors d’un manquement ;
  • croissance trop rapide. Dans ce cas, l’entreprise génère beaucoup de dépenses pour augmenter son activité. Et le retour sur investissement s’avère trop faible. Il en résulte une dette parce qu’il n’y a pas de proportionnalité entre les dépenses engagées et le gain attendu. Les créanciers voudront récupérer leurs investissements en demandant la liquidation judiciaire de la société ;
  • un emplacement territorial inapproprié ;
  • une mauvaise connaissance de la concurrence,
  • etc.

Comment savoir si une entreprise est en liquidation judiciaire ?

La société en faillite ne peut plus honorer ses paiements. L’article L.631-1 du Code de commerce définit la cessation des paiements comme l’incapacité de régler ses dettes dues avec ses actifs disponibles. La société ne dispose pas des fonds nécessaires pour poursuivre ses activités.

En outre, l’état de cessation des paiements doit être signalé au greffe du Tribunal du commerce pour les sociétés commerciales ou les entreprises individuelles. Pour leur part, la société civile se tournera vers le Greffe de la Haute Cour.

Notez que le statut de résiliation est obligatoire dans les 45 jours suivant la fin des paiements. C’est le représentant légal de l’entreprise qui doit être à l’initiative de cette formalité.

Les différentes façons de savoir si une entreprise est en faillite

Renseignements fournis par le représentant du créancier ou le liquidateur

D’ une part, le représentant ou le liquidateur du créancier doit informer les créanciers de la situation. Dans un délai de 15 jours à compter de l’ordonnance d’ouverture de la procédure collective, les créanciers doivent être avisés afin qu’ils puissent déclarer leur créance dans le délai prescrit.

De plus, les créanciers qui ont un gage, une hypothèque ou une autre sûreté, ou un contrat de publicité (par exemple, le crédit-bail) doivent être avisés par lettre recommandée avec accusé de réception.

Informations fournies par le créancier

Le créancier peut également s’enquérir de sa propre initiative afin d’éviter tout risque de forclusion s’il n’a pas été notifié. La forclusion désigne la perte d’un droit d’intenter une poursuite en raison de l’expiration d’un délai.

Il dispose alors de plusieurs moyens :

  • consulter les journaux Boddac ou JAL des annonces légales (JAL) du lieu où son débiteur est propriétaire du siège social de son entreprise ;
  • le tribunal de commerce peut également lui fournir des informations pertinentes. À cette fin, contacter le registre où le débiteur est inscrit ;
  • par mener des recherches sur des sociétés enregistrées auprès du CSN. Il est possible d’obtenir un certificat attestant l’existence ou l’absence d’une procédure judiciaire de liquidation contre une entreprise. Vous pouvez également surveiller une entreprise et être averti dès l’ouverture d’une procédure collective.

Enfin, pour éviter toute surprise désagréable lors de la signature d’un devis, par exemple, il est préférable de vérifier l’existence d’une entreprise grâce à SIREN. Les vérifications sont effectuées auprès de l’INSEE. Vous avez accès à l’annuaire SIREN de toutes les entreprises en France. Pour ce faire, il suffit d’entrer le numéro d’une entreprise pour être sûr qu’elle existe et n’est pas purement fictive.

Information via des sites spécialisés pour connaître la santé d’une entreprise

Une autre solution qui économise un temps précieux et vous évitera d’attendre la réponse des créanciers ou du liquidateur est les sites spécialisés qui vous permettent de savoir si une entreprise est en réparation judiciaire. En effet, certains sites vous fournissent liste de toutes les sociétés qui sont en liquidation judiciaire. Leurs bases de données sont très complètes et contiennent des centaines de milliers d’entreprises en difficulté financière. Il y a, en moyenne, environ 500,000 entreprises par année qui font faillite ou qui produisent leur bilan.

Ces listes sont facilement accessibles, en règle générale en quelques clics. Elles sont également facilement exploitables parce que les entreprises sont classées par département et par ordre alphabétique.

Il est également possible de personnaliser vos recherches en fonction de certains critères tels que le secteur d’activité de l’entreprise ou le type de procédure (liquidation, dépôt de bilan, jugement de clôture, sommeil…).

Sachez également que des sites comme Manageo offrent un service qui offre la possibilité d’évaluer la solvabilité d’une entreprise. Il s’agit d’un réel avantage avant de vous engager auprès d’un nouveau fournisseur ou si vous avez l’intention d’accorder des facilités de paiement.

Pouvons-nous reprendre une société en liquidation judiciaire ?

Il est possible d’acheter un société en liquidation judiciaire dans le but de la reprendre. Toutefois, le tribunal de commerce peut demander l’intervention de professionnels pour gérer et gérer la transition juridique.

Notez également que la prise de contrôle d’une société en liquidation judiciaire comporte des risques. Aucune garantie n’est accordée à l’acquéreur de la société en difficulté. Il est préférable d’être assisté par des professionnels de la restructuration et de la gestion des crises. D’autant plus que les décisions doivent être prises rapidement et efficacement.

Lisez aussi :

  • Comment fermer une entreprise ?
  • Comment fermer une entreprise autonome ?

4.7 / 5 ( 13 votes )